Instantané N° 10 mai 2005

Brachyury

« Dites-moi si votre chien a une queue et je vous dirai quelle taxe payer. » Cet adage était de mise au Royaume-Uni du 17ième siècle. Le nom éloquent de bobtail (de l’anglais bob signifiant coupé et tail, queue) résume à lui seul la destinée de ce chien de berger: grandir sans queue, ce qui offrait par là-même l’avantage à son propriétaire de s’affranchir de taxe… En effet, seuls les chiens de luxe, compagnons décoratifs, faisaient l’objet d’un impôt. La caudectomie, c’est-à-dire l’amputation totale de la queue dans les jours qui suivent la naissance d’un chiot, se pratiquait alors sur les chiens de travail pour les distinguer de leurs cousins de luxe.

Si l’homme a un droit de vie et de mort sur la queue du bobtail, qu’en est-il de la nature ? La nature regorge d’outils insoupçonnés dont une protéine capable, comme la main de l’homme, de faire disparaître la queue des bobtails. Il s’agit de la protéine T nommée aussi Brachyury – du grec ‘brakhus’ signifiant court et ‘oura’, queue. La protéine Brachyury est un facteur de transcription, c’est à dire qu’elle a pour mission de réguler la synthèse des protéines. Comment s’y prend-elle? La protéine Brachyury se lie au(x) gène(s) qu’elle contrôle, via un domaine qui lui est spécifique et se prénomme le domaine T-box. Correctement lié à un gène(s), Brachyury permet la production d’une ou plusieurs protéine(s), encore inconnue(s) à ce jour mais nous savons qu’elles agissent dans des étapes précoces du développement embryonnaire où elles sont indispensables à la mise en place de la partie postérieure de la colonne vertébrale primitive et donc de la queue.

Comment se fait-il alors que la protéine Brachyury puisse être aussi à l’origine d’un chien sans queue ? Un simple changement d’acide aminé dans la séquence de la protéine, et plus précisément dans la région T-box, et Brachyury ne peut plus accomplir sa tache. Par conséquent, on imagine aisément que la ou les protéines dépendantes de l’activité de Brachyury ne sont pas fabriquées et que de ce fait la queue ne se développe pas. Les chiots naissent alors sans queue (anourie) ou avec une queue plus courte (brachyourie).

D’autres mammifères comme le lapin ou la souris possèdent aussi la protéine Brachyury qui a un rôle déterminant dans la taille de leur queue. Et les hommes ? Possèdent-ils également cette protéine aux effets si spécifiques ? Oui, mais elle n’est pas affectée par le changement d’acide aminé observé chez les chiens anoures… et pourtant chacun d’entre-nous a déjà pu constater que nous sommes dépourvus d’appendice postérieur ! Si ce paradoxe est surprenant, il a le mérite de nous enseigner que la protéine Brachyury n’est pas seule à décider de l’allure de notre postérieur…

  • Brachyury protein, Homo sapiens (humain): O15178
  • Brachyury protein, Canis familiaris (chien): Q9GL27

The English version of this entry is available as a Protein Snapshot.

Veuillez utiliser le lien suivant pour référencer cet article:
<http://web.expasy.org/prolune/instantanes/010/>