Instantané N° 46 août 2008

L-gulonolactone oxydase

« Qui ne s’est pas vu offrir un jus d’orange – ou de pamplemousse – pour son petit déjeuner ? D’où nous vient cette tradition ? Nous la devons à un médecin éclairé qui, en 1747, distribue des oranges à des marins et constate les bienfaits sur ceux atteints de scorbut. Aujourd’hui, nous savons que le scorbut est une maladie due à un manque de vitamine C. La dose journalière qui nous est recommandée équivaut à deux oranges. La vitamine C est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. En effet, elle prévient le vieillissement et participe à la synthèse de collagène qui, entre autres, maintient la structure de nos tissus.

Compléter notre régime par des aliments riches en vitamine C nous semble naturel. Pourtant, la large majorité des mammifères élaborent eux-mêmes leur propre vitamine C, comme la souris et le chien. Comment avons-nous perdu cette faculté ? Parce que nous ne produisons plus la protéine responsable de sa fabrication : Gulo. Le coupable est une mutation apparue chez l’homme il y a environ 40 millions d’années. Gulo est inactive également dans d’autres espèces, tels que le chimpanzé, le cochon d’Inde ou encore certaines chauve-souris qui, comme nous, doivent pallier ce manque par leur alimentation.

L’ensemble des processus qui mènent à la synthèse de la vitamine C est complexe. Des outils bioinformatiques – les cartes métaboliques – donnent une vision complète et globale des différentes étapes de sa production. Les comparaisons entre espèces deviennent possibles et mettent en lumière des différences comme celles qui existent entre la souris et nous par exemple. »

Notre besoin de vitamine C tient simplement à l’unique disparition d’une protéine ! Surprenant, non ? Le monde des gènes et des protéines regorge de bien d’autres histoires tout aussi fascinantes. Il nous raconte, par exemple, pourquoi nous naissons fille ou garçon, pourquoi nous parlons, qui nos ancêtres sont, à quoi notre appétit tient. Des récits qui ne se construisent plus aujourd’hui sans recourir à des outils qui se sont développés avec les ordinateurs – c’est le monde de la bioinformatique.

A l’occasion de son dixième anniversaire, l’Institut Suisse de Bioinformatique propose de vous faire découvrir le monde minuscule qui nous gouverne, celui des gènes et des protéines. En vous conviant à une promenade au cœur de nos chromosomes, l’exposition Chromosome Walk, au fil du génome humain tente de lever le voile sur certains mécanismes de la vie.

Extrait de l’exposition illustrant le chromosome 8, « Une orange… ça vous dit ? »
En savoir plus sur l’exposition Chromosome Walk, au fil du génome humain
Gestation et naissance d’une exposition (en anglais) : Take a walk on the genome

  • L-gulonolactone oxidase (Gulo), Mus musculus (souris) : P58710

The English version of this entry is available as a Protein Snapshot.

Veuillez utiliser le lien suivant pour référencer cet article:
<http://www.expasy.org/prolune/instantanes/046/>

Commentaires

Postez un commentaire





Directives

Veuillez éviter les propos hors-sujet et les attaques personnelles. Les rédacteurs de Protéines à  la Une se réservent le droit de modifier ou de supprimer vos commentaires. Notre but n'est pas d'initier des débats enflammés, mais pertinents.

Aucune balise HTML n'est autorisée. Si vous souhaitez ajouter un lien vers un autre site, écrivez son adresse complète sans aucun formatage spécifique, et le lien apparaitra automatiquement.




Ils nous publient